Informations

Trop peu de cholestérol favoriserait-il le cancer ?

Un taux bas de mauvais cholestérol associé à un risque accru de cancer

Pour faire baisser le taux de « mauvais » cholestérol LDL dans le sang, les statines ont fait leurs preuves et sont couramment prescrites par le médecin, même si leurs effets sur la mortalité totale restent controversés. Au même moment, on voit poindre une nouvelle polémique liée à l’usage de ces médicament : une étude américaine vient de montrer que de très faibles niveaux de LDL cholestérol, conséquences de fortes doses de statines, seraient associés à un risque de cancer légèrement plus important que la normale. « Il ne faut pas pour autant cesser de prendre les statines prescrites par votre médecin, dit le Dr Karas, auteur de l’étude. Un grand nombre d’études ont déjà clairement prouvé l’efficacité des statines dans la réduction des risques de maladies cardiovasculaires. »

L’équipe de ce chercheur souhaitait connaître les effets indésirables des statines sur l’organisme. Elle s’intéressait notamment aux dommages au foie et aux muscles. Elle a analysé les données de 23 études menées sur ces anti-cholestérols. Les chercheurs ont observé que les doses les plus fortes de statines sont toxiques pour le foie. Ils ont ensuite présenté leur étude à John LaRosa, l’éditeur du Journal of the American College of Cardiology. Avant de publier l’article, l’éditeur s’est interrogé sur les risques de cancer liés à l’utilisation des statines et a fait part de son interrogation au Dr Karas. Ce dernier a alors repris l’étude pour se focaliser sur ce point. Résultat : sur les 23 études, 13 ont rapporté des risques de cancer légèrement plus élevés que la normale. Les participants présentant le plus de risques de cancer étaient ceux qui avaient les plus faibles taux de LDL cholestérol dans le sang.

Le Dr James Doves, auteur principal de l’étude, explique que de futures études sont nécessaires pour déterminer s’il existe réellement un risque de cancer associé à des taux trop faibles de LDL cholestérol. Dans le domaine médical, l’idée selon laquelle le taux de LDL cholestérol dans le sang doit être bas est très répandue. La prescription de statines à cet effet est une pratique très courante. Le Dr Karas propose d’utiliser une variété de médicaments comme les fibrates et la vitamine B3, plutôt que de ne prendre que des statines.

Ce n’est pas la première fois qu’un anticholestérol est lié à un risque accru de cancers. Dans les années 1970 une étude de l’Organisation mondiale de la santé a trouvé que l’anticholestérol vedette de l’époque, le clofibrate, augmentait la mortalité par cancers et la mortalité totale. Malgré cette performance calamiteuse, le clofibrate a reçu une autorisation de mise sur le marché en France en 1970. Il n’a été retiré qu’en 1990. En 1996, le Dr Thomas Newamn, de l’université de Californie mettait en garde dans un article retentissant contre l’usage au long cours d’hypocholestérolémiants. « Les données disponibles indiquent, écrivait-il, que les fibrates et les statines provoquent des cancers chez les rongeurs. »

Richard Karas, James Dove, Journal of the American College of Cardiology, 31 juillet 2007.
(27/07/2007, L.J.S.)